Depuis quelque temps, j’ai l’impression d’être devenu croque-mort. On attend ma venue autant qu’on la redoute !

Transmettre son affaire c’est un petit peu mourir. La plupart des entrepreneurs qui ont cédé leur activité ne diront pas le contraire. « Les biens sont des liens », écrivait-on dans notre précédent épisode. Entrer dans le processus de cession de son entreprise, c’est entamer un travail de deuil.

Si bien qu’un coup de téléphone ou la visite d’un intermédiaire en transmission génère souvent des sentiments ambivalents. La perspective d’une libération se fait jour. Mais l’idée d’une fin et d’une perte évidente d’un être cher se rapproche. Car votre entreprise, c’est votre bébé. Vous l’avez mise au monde.

Les sentiments suscités par l’entame du processus de transmission vont suivre un schéma en 4 étapes*. Il y a d’abord La phase d’engourdissement, c’est le déni de la perte, un réflexe de protection. Vient ensuite La phase de langueur et de recherche, c’est la prise de conscience de la réalité qui s’inscrit toutefois dans le refus. La phase de désorganisation et de désespoir qui se manifeste après cela marque l’amorce d’un détachement progressif et la reconnaissance du caractère définitif de la perte. Enfin, La phase de réorganisation est le moment de la reconstruction qui consacre l’irréversibilité de la perte et un nouveau commencement.

Souvent, nos entretiens avec de potentiels cédants se terminent sur le besoin de poursuivre un temps de réflexion. Et c’est bien normal. C’est pourquoi, ne pas être seul face à l’abysse que peut représenter un projet de transmission est essentiel. Médiation et accompagnement deviennent alors nos meilleurs atouts en tant qu’intermédiaire. C’est l’humain, encore et toujours l’humain, qui est au cœur de nos préoccupations.

A suive…

* Thierno BAH (2006), L’accompagnement du repreneur par le cédant dans les transmissions de PME – une approche par la théorie du deuil, Thèse de doctorat en Sciences de Gestion.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.